EVENEMENTS PONCTUANT LA VIE DE L'ECOLE

année 2005~2006

Naissances à l'école

Nous avions récupéré à l'automne des mantes religieuses et les enfants avaient pu assister à l'accouplement puis à la ponte des oeufs stockés dans une oothèque (voir compte-rendu), d'où sont sorties cette dernière semaine d'école, de charmantes petites mantes religieuses de quelques millimètres seulement. Ainsi, avec ces naissances, les enfants ont-ils pu observer le cycle complet de la mante religieuse, de l'oeuf à sa mort.

Qu'ici soient remerciés Patrick et Noëlle qui, à chaque fois qu'ils trouvent quelque chose succeptible d'intéresser l'école, nous amènent leurs trouvailles.

 

Rencontres à Château-Queyras

Mardi 27 juin, nous sommes allés à Château-Queyras où toutes les écoles du Queyras se sont rassemblées.

Le matin, nous fait un jeu de pistes dans le château et, l’après midi, nous avons présenté le spectacle "Conte en Queyras".

Il y avait un jeu de pistes pour les grands et un pour les petits dont le but était de découvrir le château. Celui des grands comportait 7 épreuves : kapla, pont levis à escargot, devinettes, catapulte, anagramme, profondeur du puits et tir à la corde. Les devinettes* n'étaient pas toujours faciles et il fallait réussir toutes les épreuves pour obtenir les 7 mots-clés afin de déchiffrer l'énigme finale.

 

Vers midi, nous avons pique-niqué dans l'enceinte du château.

A 14 heures, nous avons présenté le spectacle du conte dont chaque partie a été écrite et mise en scène par chacune des écoles du Queyras.

Et vers 16 h 30, nous sommes rentrés à Ceillac...

* devinettes

1. Je suis le maître de 25 soldats et, sans moi, Paris serait pris. Qui suis-je ?

2. Je suis dans l'étang et au fond du jardin. Je commence la nuit et finis le matin. J'apparais deux fois dans l'année. Qui suis-je ?

3. Où trouve-t-on samedi avant vendredi ?

4. Je marche en restant immobile, je m'arrête sans avoir à bouger, bien que jamais je ne descende, il faut toujours me remonter. Qui suis-je ?

5. J'ai quatre dents mais je ne mords pas. Quand par hasard, j'attrape quelque chose, un goinfre me l'enlève aussitôt. Qui suis-je ?

6. J'ai les dents blanches et les dents noires. Il faut m'ouvrir la bouche pour me faire parler. Qui suis-je ?

7. Un roi mourant fait venir auprès de lui ses deux fils. Il leur dit : "Vous voyez le clocher de l'église de Ville-Vieille ? Eh bien, celui dont le cheval arrivera en dernier au pied de l'église, héritera de mon royaume. Les deux fils se précipitent à l'écurie et partent au triple galop vers l'église. Pourquoi se pressent-ils ainsi ?

Deux pères et deux fils sont autour d'une table. Sur cette table, il y a 4 oranges et chacun en prend une. Pourtant, il reste une orange sur le meuble. Pourquoi ?

Réponses aux devinettes...

 

Classe de découverte

SÉJOUR À PARIS ET AU FUTUROSCOPE

La classe des grands de l’école de Ceillac est partie lundi 12 juin en classe de découverte. Les enfants séjourneront à Paris durant 5 jours puis se rendront au Futuroscope 2 jours durant.

L’objectif du séjour dans la capitale est double, découvrir le milieu urbain fort mal connu des enfants, avec ses atouts et ses contraintes, son aspect cosmopolite, son histoire, sa géographie et, bien sûr, profiter des ressources culturelles de la ville avec les visites incontournables du Louvre, de la Villette, de Versailles, du Palais de la Découverte, de Notre Dame… Ils devraient aussi visiter des quartiers aux forts contrastes, Montmartre et la Défense par exemple.

Après ce voyage, les enfants de l'école qui vivent dans un milieu protégé et privilégié, revêtant pour eux une certaine normalité, comprendront certainement mieux les motivations des citadins qui séjournent en vacances dans la vallée de Ceillac.

La visite du Futuroscope viendra, quant à elle, finaliser un travail sur l’image entamé il y a plusieurs années et reconduit de façon récurrente à l’école. L’image est un support de communication devenu omniprésent ; il importe donc que les enfants sachent la décrypter et garder un œil critique sur elle. Le travail sur l’image fait d’ailleurs, à juste titre, partie intégrante des instructions officielles de l’Education Nationale depuis quelques années.

Durant cette semaine, les enfants devront faire preuve d’une grande autonomie, tant au niveau de la vie quotidienne, que des déplacements (métro, RER, trains…) ou de la sécurité. En cela, la participation active des enfants est essentielle tout au long du projet de classe de découverte.

Chaque soir, ils rédigeront un résumé de leur journée qui sera mis en ligne sur le site, afin que les uns et les autres, puissent suivre leurs pérégrinations.

Le coût du voyage s’élève à moins de 100 € pour les familles, un prix raisonnable obtenu grâce à l’aide conséquente de la commune et aux initiatives financières propres à l’école (et notamment la vente de noeuds marins ; merci aux donateurs !).

Dernière précsion d'importance, le séjour a été monté en partenariat avancé avec la Ligue de L'Enseignement qui s'est notamment occupé de toute la logistique, avec une efficacité et un professionalisme redoutables : hébergement, repas, transports... permettant ainsi à l'enseignant de se concentrer sur le contenu du séjour. Un vrai bonheur !

lundi 12 juin : départ et découverte de l'île de la Cité

mardi 13 juin : Cité des Sciences et Géode

mercredi 14 juin : Louvre et bateau-mouche

jeudi 15 juin : Palais de la Découverte et Montmartre

vendredi 16 juin : Versailles et musée de la Monnaie

samedi 17 juin : Futuroscope

dimanche 18 juin : Futuroscope 2

 

Stages de ski

Comme chaque année, les enfants de l'école ont effectué des stages de ski, en alpin et en fond, avec en plus, cette année, 2 biahtlons à la clef (un avec carabine, un avec arc) et un travail sur la neige.

Les conditions étaient parfaites, neige et soleil étaient réunis pour que tout se déroule dans les meilleures conditions.

 

Stage de fond

Fin janvier, nous avons fait un stage de fond à Ceillac. Nous nous sommes beaucoup amusés et il a fait très beau. La neige était excellente.

 

 

Nous avons joué à des jeux comme le "Le loup et l'agneau", "Le facteur n'est pas passé", ou "L'épervier". Les moniteurs, Christophe, Christian, Manu et Thierry, ont aussi organisé aussi des courses et des slaloms.

Le jeudi, les grands ont randonné en peaux de phoque vers le Jaillon. A la fin du stage, ils ont participé à un biathlon, avec skis et carabine.

 

La semaine suivante, nous avons fait deux séances de ski-arc avec Christophe Hoquet, moniteur de tir à l'arc.

 

 

Stage d'alpin

Avant les vacances de février, les enfants de l'école (petits et grands) ont participé à un stage de ski alpin. Là encore, le temps était superbe et la neige parfaite.

5 groupes avaient été constitués. Les plus jeunes ont appris sur les pistes vertes du bas, tandis que les plus expérimentés ont enchaîné les pistes du haut, notamment la piste noire, en très bonnes conditions.

Les moniteurs nous ont appris beaucoup de choses et ont essayé de corriger nos défauts. Nous avons aussi pris le temps de nous amuser, de faire des concours de saut par exemple.

 

Travail sur la neige

Jeudi 23 mars, nous sommes partis en raquettes vers le lac Miroir à 2200 mètres d'altitude, avec François, Séverine et Stéphanie, moniteurs de ski.

Il faisait très beau et la température était douce...

Les pisteurs de la station nous ont rejoints quelques minutes après notre arrivée. et nous ont expliqué leur métier : ils sécurisent les pistes, ouvrent et ferment le domaine, secourent les skieurs accidentés et déclenchent les avalanches à titre préventif. Ils font aussi très régulièrement des sondages dans la neige pour tout savoir du manteau neigeux, sa hauteur et ses composants...

Ensemble, nous avons examiné le manteau autour du lac Miroir. Il est haut de 1,10 m et composé de différentes couches : 40 cm de gobelets (gros sel), 60 cm de neige compacte et 10 cm de neige croûtée.

Les gobelets que nous avons observés à la loupe et identifiés grâce à une plaquette de référence, sont comme des billes de glace. Ils sont la cause de l'instabilité actuelle du manteau neigeux avec des risques d'avalanche très marqués.

 

 

Ensuite, Volk, le chien de Benoît qui est maître-chien, a recherché Séverine qui était ensevelie sous la neige. Il l'a vite retrouvée et nous l'avons aidée à se dégager. Séverine nous a expliqué que l'enseve-lissement sous la neige, même pour un simple exercice, était stressant.

Enfin, nous avons répété l'exercice avec un ARVA (Appareil de Recherche de Victimes d'Avalanche), un appareil que l'on doit avoir sur soi (et pas dans le sac qui pourrait être arraché), en position émetteur, dès que l'on va faire du ski hors piste. En cas d'avalanche, les secours mettront le leur en position récepteur et pourront, grâce à un signal sonore qui va s'amplifiant au fur et à mesure que l'on s'approche de la victime, repérer l'accidenté, vérifier sa présence avec une sonde, et le dégager rapidement. Il faut savoir que l'espérance de vie d'une personne ensevelie ne dépasse pas en général 15 minutes, il est donc important de ne pas oublier l'ARVA.

Dans les Alpes, il y eu, cette année, une soixantaine de morts suite à des avalan-ches. Un jeune ceillaquin a même été enseveli par une avalanche qu'il avait déclenchée ; il s'en est heureusement sorti avec une grosse frayeur, grâce à son frère qui a pu le dégager rapidement.

Il est essentiel de se renseigner sur les conditions de neige auprès des professionnels qui connaissent l'histoire du manteau, avant de partir en ski hors piste et de suivre leurs conseils.

 

Faucon Pèlerin

Depuis peu, un nouveau dossier, rédigé par les enfants et consacré au faucon pèlerin, est en ligne (faucon).

En effet, il y a une quinzaine de jours, alors que les enfants étaient rassemblés au bureau, situé près de la fenêtre, un faucon pèlerin est venu se poser à moins de 2 mètres. Il est resté une trentaine de secondes, sans sembler être troublé le moins du monde, nous laissant le temps de l'observer et de l'identifier de façon certaine, avant de repartir tranquillement. Malheureusement, nous n'avions pas d'appareil photo sous la main.

Cet événement est une excellente opportunité pour un travail d'investigation et de synthèse avec une finalisation motivante qu'est une publication sur le site.

La prochaine opportunité sera peut-être l'observation du loup, identifié récemment à la Viste...

 

Crumble

Nous avons profité d'une nouvelle visite de Ian, un américain qui aide beaucoup l'école de Ceillac, pour faire un peu de cuisine, en anglais bien sûr. Cette fois-ci, c'est un crumble que les enfants ont confectionné... En voici la recette :

Ingredients (for five people)

- 120 g brown sugar
- 150 g flour
- 110 g butter
- raisins
- cinnamon (a teaspoon)
- lemon juice
- four apples
(or : raspberries, blueberries, strawberries, rhubarb…)

Material

- 1 knife
- 1 measuring cup
- 1 big bowl
- 1 tablespoon
- 1 dish
- 1 oven
- clean hands !

Recipe

Wash your hands and don't forget the nails.

Peel the apples and cut them into small pieces.

 

Put the pieces in the dish and add brown sugar, cinnamon, raisins and lemon juice.

 

In the bowl, mix flour, sugar (the rest) and butter with the fingertips. Then, place the crumble on top of the apples.

 

Bake in the oven at 175°c for fifty minutes.

You can eat the crumble with a custard or vanilla ice cream...

Enjoy !

 

Mante religieuse

Deux ceillaquins nous ont amené à l'école 4 mantes religieuses, une femelle et 3 mâles. Une belle occasion pour observer et étudier ces insectes de près...

Mante religieuse femelle avec ses pattes ravisseuses fort bien équipées...

Son nom latin est mantis religiosa. On l'appelle aussi prie-dieu. Elle doit son nom à cause de la position qu'elle adopte souvent, faisant penser à quelqu'un qui prie. Il existe 10 espèces en France.

C'est un insecte, car elle a 6 pattes et son corps est constitué de trois segments : tête, thorax et abdomen. Elle vole grâce à ses 4 ailes. La femelle (8 cm maximum) est deux fois plus grosse que le mâle (6 cm maximum), aussi quand approche la ponte, le vol lui devient impossible. Cet insecte diurne peut être vert on brun se confondant ainsi avec son milieu (homochromie).

2 yeux à facettes surmontés de 3 ocelles.

Elle est insectivore et mange essentiellement des sauterelles. Elle est donc très utile.

Elle chasse à l'affût avec ses pattes ravisseuses, équipées de pointes acérées, aidée par son homochromie avec le milieu. Sa technique de chasse n'est pas sans rappeler celle du caméléon.

Elle a une vue périscopique sur 360° grâce à sa tête très mobile et à ses yeux à facettes complétés par 3 ocelles sur le dessus de la tête.

Pour se défendre, elle essaye d'impressionner son adversaire en écartant ses 4 ailes, qu'elle fait vibrer, et ses pattes avant. Elle montre ainsi des taches qui font penser à deux gros yeux.



La reproduction a lieu en septembre-octobre. Après l'accouplement, la femelle pond de 200 à 300 œufs qui sont enfermés dans une oothèque fixée sur une branche ou une pierre. Celle-ci, très dure une fois sèche, protège parfaitement les œufs.

Il est fréquent que la femelle dévore le mâle après l'accouplement. Dans le cas présent, la femelle a mangé les 3 mâles...

La femelle pond ses oeufs conservés dans une oothèque.

L'accouplement, long, précède souvent la mort du mâle.

Sans aucun scrupule, la femelle dévore le mâle dont la mort était, de toutes façons, programmée à l'approche de l'hiver.

En juin, après une diapause hivernale, des petites mantes religieuses naissent déjà formées. Elles se nourrissent de pucerons. Elles muent 6 fois avant de devenir adultes.

Alex

 

Visite du village

Lundi 26 et mardi 27 septembre, des lycéens de Veynes, en bac professionnel, sont venus faire un bref séjour à Ceillac. Ils ont demandé aux grands de l'école de leur faire visiter le village...

Vers 9 h 30, après les présentations, nous avons formé deux groupes.

Pour commencer, nous avons raconté l'histoire de la vallée, occupée depuis plus de 2000 ans. Puis, nous nous sommes rendus sur la place de la mairie et nous avons présenté les constructions importantes : l'église qui date du 15 ème siècle, la mairie, appelée autrefois la maison commune... Nous avons donné également des informations sur les anciennes maisons et leur agencement, les inondations qui ont marqué le village et les activités du village d'aujourd'hui.

La visite a duré environ une heure. Les lycéens ont été attentifs et gentils avec nous. Ils ont écouté ce que nous disions mais ce n'était pas facile pour nous, même si nous avions préparé ce que nous devions dire. Tout le monde (petits et grands) était apparemment content de cet échange.

Pierre

 

Pour les événements qui ont ponctué la vie de l'école durant les années précédentes :

1998/1999 ; 2000/2001 ; 2001/2002 ; 2002/2003 ; 2003/2004 ; 2004/2005 ; 2005/2006

 

 

CONTACTS : Ecole de ceillac : ecole@ceillac.com